Baromètre du vol dans le retail par Checkpoint :

(source: L’étude Baromètre Global du Vol dans le Retail, enquête mondiale indépendante réalisée par The Smart Cube à la demande de Checkpoint Systems)

La criminalité en magasin augmente en Belgique, contrairement à la tendance européenne (Belgique – Français)

  • Les détaillants belges connaissent une baisse de recettes de 927 millions € en 2014
  • La criminalité en magasin et les mesures de prévention coûtent 266 € à chaque famille belge
  • En Europe, derrière la Suède et la Turquie, ce sont les détaillants belges qui investissent le moins en solutions antivols
  • Le vol par le personnel est la plus grande source de perte au niveau mondial
  • Le crime organisé à l’origine de la hausse de la criminalité dans les magasins

Bruxelles/Malines, le 4 novembre 2015 – Les détaillants belges enregistrent 927 millions d’euros de perte de revenus sous le couvert de démarque inconnue en 2014. Il s’agit de la perte annuelle de chiffre d’affaires dont souffrent les détaillants suite au vol en magasin, à la fraude des fournisseurs, au vol par le personnel et aux erreurs administratives. Avec un pourcentage de démarque inconnue de 1,19%, la Belgique figure parmi les 5 plus mauvais élèves en Europe. Les chiffres belges offrent donc un contraste saisissant avec la tendance européenne. Au cours de l’année dernière en effet, les détaillants européens notaient une baisse pour ce qui concerne la criminalité en magasin tandis qu’une augmentation s’observait chez les retailers belges. Une des explications réside dans le fait que, parmi les pays européens, après la Suède et la Turquie, c’est la Belgique qui investit le moins dans les solutions antivol. Au niveau mondial, les détaillants ont en outre indiqué que les collaborateurs n’avaient jamais autant volé qu’en 2014. C’est ce qui ressort de la quatorzième édition du Baromètre Global du Vol dans le Retail, une enquête mondiale indépendante réalisée par The Smart Cube à la demande de Checkpoint Systems.

La Belgique parmi les plus mauvais élèves d’Europe

Avec un pourcentage de 1,19% du chiffre d’affaires total des détaillants, la criminalité en magasin représente encore un problème majeur en Belgique.

De tous les pays ayant participé à l’étude, la Belgique se place juste derrière les Etats-Unis (1,27%). Notre pays réalise un score encore plus désastreux que la moyenne européenne, qui s’élève à 1,05%. En Europe, seuls les Pays-Bas (1,48%), la Finlande (1,38%), l’Espagne (1,33%) et la Suède (1,20%) affichent des scores inférieurs. Les pays voisins, à savoir l’Allemagne (1,08%), le Royaume-Uni (0,89%) et la France (0,81%) font remarquablement mieux que la Belgique. Les 3 meilleurs élèves de la classe sont en outre exclusivement européens : la Norvège (0,75%), la Suisse (0,76%) et la France (0,81%) qui, pour 2014, comptabilisent respectivement la démarque inconnue la plus faible pour tous les pays participants. Les Pays-Bas sont quant à eux les champions européens de la criminalité en magasin.

Classement européen des pays avec la criminalité en magasin la plus élevée (en ordre décroissant)

classemnt criminalité en magasin 2015

Le retail belge sous-estime le coût de la fraude par les fournisseurs

La démarque inconnue connaît différentes causes. Le baromètre du vol distingue 4 catégories : le vol à l’étalage, le vol par le personnel, les erreurs administratives et la fraude par les fournisseurs.

Dans le retail belge, le vol à l’étalage occasionne près de la moitié des pertes totales du chiffre d’affaires (445 millions d’euros). La Belgique se situe 10 points au-dessus de la moyenne mondiale et 6 points au-dessus de la moyenne européenne. Comparativement à la plupart des autres pays européens, notre pays souffre cependant moins des coûts liés au vol à l’étalage. Chez nos voisins, seuls le Royaume-Uni (26%) et la France (44%) comptabilisent moins de coûts dus aux clients qui volent. Quant aux détaillants allemands, les voleurs en magasin leur font perdre 65% de leur chiffre d’affaires tandis qu’aux Pays-Bas, le retail enregistre 73% de démarque inconnue pour ce même motif.

Les détaillants belges peuvent toutefois apprendre de leurs collègues néerlandais : le personnel en magasin néerlandais compte parmi les plus honnêtes d’Europe. Seuls les vendeurs allemands (11%) et autrichiens (10%) volent moins leur patron que leurs collègues néerlandais (14%). Le personnel qui vole est responsable d’une perte totale de 29%, équivalant à 296 millions d’euros chez les détaillants belges. Ce pourcentage, plus faible que la moyenne mondiale de 39%, inscrit résolument la Belgique au-dessus de la moyenne européenne établie à 25%. C’est en outre une première dans l’histoire du baromètre du vol qui se profile: les détaillants interrogés identifient clairement le vol par le personnel comme la plus grande source de perte.

L’autre point d’attention chez les détaillants belges se porte sur la fraude par les fournisseurs. 10%de la démarque inconnue (92 millions d’euros) est due aux fournisseurs fraudeurs. Pour ce cas, la Belgique est seulement talonnée par la France et la Pologne (qui comptabilisent tous deux 11%), l’Italie et le Portugal (13% chacun) et la Norvège (30%). C’est aux Pays-Bas que le secteur retail perd le moins (à peine 1%) suite aux fraudes des fournisseurs.

Enfin, les détaillants belges perdent 13% de leur chiffre d’affaires en raison d’erreurs administratives. Cela représente tout de même 11% de moins que la moyenne européenne qui se chiffre à 24%.

tableau de pourcentages de la démarque inconnue totale

Les drogueries : les plus grandes victimes de la criminalité en magasin en Europe

En Europe, les drogueries sont les premières vitimes de la criminalité en magasin. Elles ont de ce fait perdu 2,25% de leur chiffre d’affaires pour l’année 2014. Ce chiffre est plus élevé que le pourcentage mondial (1,99%). Au niveau mondial, ce sont les drogueries qui, en regard de la criminalité en magasin, perdent le plus. Bijoutiers (1,66%) et grands magasins (1,47%) les suivent.

Les produits les plus volés en Europe

Les voleurs en magasin et les membres du personnel ont principalement ciblé les produits simples à cacher, intéressant un large public et disposant d’un débouché commercial. Plus concrètement, il s’agit d’outils électriques, d’accessoires GSM, d’accessoires de mode, de piles, de spiritueux ainsi que de lames de rasoir. Le tableau ci-dessous reprend les articles de magasin les plus appréciés par les ‘criminels en magasin’ européens en 2014.

les produits les plus volés en europe

Investissements dans les solutions antivols

En 2014, les détaillants belges ont investi 0,50% de leur chiffre d’affaires dans des solutions antivols pour un total de 389 millions d’euros. Après la Suède (0,40%) et la Turquie (0,30%), c’est la Belgique qui, parmi les pays européens participants, investit le moins dans la prévention du vol.

Les pays européens qui ont indéniablement investi sont l’Espagne (1,37%), la France (1,36%), l’Allemagne (1,31%), l’Autriche (1,25%) et les Pays-Bas (1,10%).

Le pourcentage belge se situe plus bas que la moyenne d’investissement des détaillants européens pour la même période (1,07%), et que la moyenne mondiale (1,19%).

Dominique Reumers, Key Account Manager pour le Benelux chez Checkpoint Systems, plaide pour des investissements stratégiques en matière de solutions antivols : « A l’image de beaucoup d’autres pays européens, la criminalité organisée dans le retail est l’une des raisons principales des pertes accrues dans le retail belge. Le nombre croissant de gangs étrangers est, année après année, de plus en plus inventif pour contourner les solutions antivols. »

Dominique Reumers conclut: «Dans les années à venir, les détaillants devront porter une attention toute particulière à quels produits sont volés précisément et comment. Sur base de ces données, ils pourront analyser leur politique de sécurité et l’ajuster là où c’est nécessaire. C’est la seule manière de réduire les pertes liées aux bandes organisées.»

 

L’étude complète a été réalisée par :

Le Baromètre Global du Vol en Retail

Le Baromètre Global du Vol en Retail (GRTB) 2014-2015 est une enquête scientifique conduite par le bureau d’enquête indépendant The Smart Cube et sponsorisée par Checkpoint Systems. L’étude collecte et regroupe les retours et les chiffres de 203 retailers issus de 24 pays du monde entier. Le GRTB dresse les tendances concernant la démarque inconnue dans le secteur du retail tant au niveau européen que mondial. L’étude fournit également des indications quant à la gestion de la criminalité en magasin : quelles règles mettre en place pour lutter contre le vol à l’étalage et la fraude ?

Checkpoint Systems, Inc.

Checkpoint Systems est leader mondial en matière de solutions qui aident l’industrie retail à augmenter la disponibilité et la protection des articles en magasin. L’entreprise propose notamment des solutions pour la gestion de la démarque inconnue et RFID. Grâce aux solutions de Checkpoint Systems, les détaillants ont la possibilité de tenir un inventaire précis en temps réel, d’améliorer la disponibilité des rayons, d’éviter les ruptures de stock ainsi que la démarque inconnue : la disponibilité de leur marchandise et de l’expérience clients est de ce fait améliorée.

Les solutions de Checkpoint se fondent sur plus de 45 ans d’expérience en technologie par radiofréquence (RF), une offre de gestion diversifiée de la démarque inconnue, des applications RFID de premier plan ainsi qu’un portefeuille de solutions pour les marques de vêtements qui contribuent à l’image de marque, la sécurité ainsi qu’au suivi de la marchandise, de l’origine au rayon. Les clients de Checkpoint bénéficient d’un chiffre d’affaires croissant et sont assurés d’une disponibilité de leurs produits en juste lieu et temps lorsque les clients veulent acheter.

Checkpoint est cotée en bouse (NYSE:CKP), opère sur chaque marché géographique important et compte 4.700 collaborateurs au niveau mondial.

The Smart Cube

The Smart Cube est spécialiste mondial dans le secteur des études et analyses personnalisées.